Les Elysees Vernet

Déjeuner du mardi 20 novembre 2007

Retour aux Elysées Vernet pour ce déjeuner entre gourmands.

Retour car cette adresse figurait parmi mes favoris 2006 et je ne m’y étais plus attablé depuis.

Des changements ?

Concernant le cadre : clairement. La verrière Eiffel est toujours au dessus de nos têtes, mais c’est à peu près la seule chose qui ait été maintenue. Décoration moderne, tons neutres, ambiance très contemporaine et épurée, c’est très classe, lumineux le midi et on devine une ambiance nettement plus intime et feutrée en soirée.


Pour le reste, stabilité sur le service très attentif pour ne pas dire aux petits soins. Carte des vins qui part vite dans les tours à moins de choisir quelques flacons aux noms peu ronflants mais de qualité.

Enfin, et c’est l’essentiel, la cuisine d’Eric Briffard met en scène de beaux produits via un savoir-faire exemplaire.

Pour ce déjeuner, nous partons sur le menu… « Déjeuner », tarifé à 64 euros soit +5€ en 1 an, on met cà sous le compte de la seconde étoile ?

Pour l’apéritif nous prenons une bouteille de Jacquesson « Signature », 1990, l’un de mes champagnes préférés… peu de chances d’être décu.

Histoire de patienter, on nous sert une friture de calamars ainsi qu’une double mise en bouche autour du potiron. Bon, bien fait, belle entrée en matière


En entrée : Les encornets sauvages, en escabèche de légumes / cocos Paimpolais aux olives


Surprenant de déguster les encornets froids. Au final, la fraîcheur des légumes, l’acidité de la vinaigrette et le goût de l’encornet fonctionnent plutôt bien, plus on en mange, plus on en redemande…

Vint ensuite le plat : La Volaille fermière des Landes dorée au maïs, ravioli aux chanterelles


Pour ma part, rien à redire sur cette volaille… Bon plat, bien équilibré, copieux avec ses petits à côtés…

Par contre, pour mes compagnons de jeu, un peu moins de réussite… leur rouget (pas de photo) semblait insuffisamment cuit, dégageant une forte odeur qui n’était en rien liée à la qualité du poisson (le maître de salle, constatant notre questionnement, nous a d’ailleurs apporté un plateau rempli de rougets bien frais…).

Voyant la déception de notre tablée, l’embarras du maître de salle se fit ressentir, et aussi tôt nos plats débarrassés, on nous apporta de nouveaux couverts à viande… plat offert par la maison : Le pithivier de perdreau gris, canard colvert et grouse, au miel de chataîgner, fruits d’Automne, jus pressé à l’Armagnac.


Avertissement amis lecteurs : ce plat est une tuerie ! Fa-bu-leux ! Un plat d’hiver, de chasse, riche, dense, goûteux, enivrant le palais de saveurs de saison (et de petits plombs… mais que c’est rassurant). S’il y a un plat à goûter cet hiver, c’est celui là.

Pour suivre, un sorbet au caillé de chèvre, huile d’olive et poivre. Magnifique en texture, douceur et saveurs. Très belle transition vers les desserts.


Car sur les desserts, on entre dans un domaine que le chef maîtrise à la perfection… qu’ils soient chocolatés ou aux fruits, ils sont parfaits.


Malgré ce petit couac sur le poisson – très bien géré et compensé par l’équipe de salle, ce fut un très bon déjeuner, même si la carte et les menus du soir restent je pense les meilleurs moyens pour profiter pleinement du talent d’Eric Briffard. A déjeuner, pour 64 euros, cela reste très abordable et l’un des meilleurs rapport qualité/prix sur Paris pour un double étoilé.

Pour compléter mes propos, je vous invite à lire le dernier CR de l’ami Julot sur son blog, les photos sont bien plus belles tandis que sa plume vive et critique exprime très justement le plaisir procuré en visitant cette table et la cuisine de son chef.

A vous de juger maintenant.

Laurent V.

Un commentaire

  1. Merci Laurent pour la pub. Je peux pas croire que tu aies réussi à te faire offrir le pithiviers avec le menu à 64€. C’est en effet un plat d’anthologie. Quand est-ce qu’on y retourne?


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s