Lunch at Pierre Gagnaire : when verygoodfood meets GoT

April 2nd. Today is THE day.

The day awaited since weeks.
The day where my first food blogger meeting will take place as i’ll meet Trine from very good food.
The day where Trine will eat for the first time at Pierre Gagnaire, something she’s waiting since months now, her third 3* experience.

It’s funny to going back a few months in the past.

July 07. I’m planning my autumn trip to Copenhagen. And by a sunny sunday afternoon, i’m surfing on the web looking for some reviews, comments or pictures on Noma – where I had book a table 2 months earlier.

Thanks to Google, i fall on Trine’s blog. I find what i’m looking for on Noma and leave a short message complimenting Trine for the blog itself and asking some questions on other CPH restaurants. I had just sent my message that i got almost immediatly an answer from Trine.

Was thinking to myself “Wow, someone like me”… Since this day, we exchanged quite a lot about food, restaurants, and it seems that we have the same addiction for our passion : food, wines and restaurants.

Having said that, the pressure today at Pierre Gagnaire was huge… :o). Trine absolutely wanted to go there… (which was fine to me but there are more smoother entrances in the french 3 stars world). I suggested an alternated choice with L’Astrance but no, Trine knows what she wants : definitely Pierre Gagnaire.

And those amongst you having visited the place knows that it can be a risky sometimes : you can live one of the best meal of your life but you can also experience something more unusual as you need to be a little bit prepared to this genius chef.

Doesn’t matter, confidence is there, i checked the new menu on their website : let’s go there hands in the pocket.

12:15 : I’m in the lovely entrance room : each time i open the door and check in, i like breathing this smooth atmosphere, it’s cosy, classy, I like feeling they were waiting for me… (naive i know :o).

I take a seat in the small lounge waiting for Trine. She’ll appear 5 minutes later.

12:20 : when very good food meets gastros on tour.

Always a special moment : you don’t know what to say, what to do… i simply welcome her and suggest to take the aperitive in the lounge or at our table.

We’ll decide to take it at table and we are seated in the middle of the room, not very close from the wide windows (i should have ask for it, my fault), wich will make the pictures shooting more complicated.

 

Immediately, we start chatting about everything and nothing : flight, business, Paris etc…
But quickly, the discussion deviates on food, wines and obviously Noma : Trine loves food, loves wines and can talk about it. Both of us start relaxing and appreciating the lunch.. I knew i would enjoy it .

We go for the tasting menu and are starting our lunch with a glass of champagne from Henry Giraud, named “Esprit”. Lovely wine, i’m impressed by the ability of Trine to describe and analyse it. Much more detailed and accurate than me… hehe… what a technique !

Time now to select our wine. As there is no wine pairing menu, we’ll secure our choice with a Puligny Montrachet from Louis Carillon, 2001.
Again, when this wine is offered to us for tasting, Trine can comment it with a great accuracy – you see she likes white Burgundy wines… :o)

We can now start this tasting menu and enter in PG’s world. I’ll voluntary not describe each course (i wonder if Trine will do it… if so, she’ll do it better then me :o) but just go through the menu :

Appetizers

Pressé de tourteau, gelée d’agrumes à l’aneth.
Aiguilles de raie, chaud-froid d’huile d’olive foisonnée au miel du désert des Agriates.
Abricots secs et navets croquants déglacés de cidre fermier.

Blanc de Saint-Pierre raidi dans un beurre mousseux estragon et piment d’Espelette ; coeur de tomate, rouelles croustillantes d’oignon doux. Salade d’encornets en fond d’assiette ; sirop de rhubarbe acidulé.

Mousseline de sandre : fèves, petits pois et lard fumé.
Blette en paquet, choux coeur de boeuf, sauce Poulette.
Grenouilles meunière enrobées d’une fine polenta au colombo, ail des ours.

Homard bleu au gingembre frais ; crème de grenailles de Noirmoutier au Pineau des Charentes, cassée du jus de carcasse.

Glace d’asperge blanche à la cardamome ; velouté clair de concombre, olives vertes de Lucques, mangue du Vietnam. Ventrèche crémeuse de thon blanc.

In the middle of the menu, we are invited to visit the kitchen. Pierre Gagnaire is not there today, we are meeting the second chef in place, Michel Nave – i met him during my Xmas lunch last december. He recognized me and we have a short discussion, while Trine is shooting behind me every part of the scene…

Back at our table, i feel we are enjoying more and more this menu. The first starters were from good to excellent, while the main courses, cheese and desserts were absolutely fantastic to me.

Poêlée de rouget de roche au vadouvan, huître Gillardeau et coquillages du moment. Artichauts poivrades croquants, dés de lisette et jus de bouillabaisse en assaisonnement.

Côte de veau de lait rôtie entière au plat.
On vous sert une tranche, badigeonnée de paprika et de curry doux de Madras, puis posée sur un coulis de poivron rouge à l’amarante.
Mascarpone et chlorophylle de roquette.

Brioche de camembert fermier, feuilles de pomme.

Parfait brebis, bûche du Gers ; mélasse de carou

Bourse de Stilton, velouté de laitue.

It was the first time that Trine could taste cooked cheeses, she loved it.

For the desserts (« only » four of them are shown here below), we’ll ask for a sweet wine, no risk again : a nice but classic Jurancon “Ballet d’Octobre” from Cauhape will join our table.

17:20 : time to say goodbye (but « ce n’est qu’un au revoir… » :o).

5 hours lunch. We haven’t seen the time passing, it went so fast.

It would have been interesting to have Trine’s feedback but i didn’t ask as it seemed to early, this meal needs some time for reflexion as it can’t be compared to anything else. The dishes are so complex, surprising and even sometimes hard to understand. Today, the menu was very new, i felt it has to be worked a little bit more, certainly on the very first courses served.  But the experience remains awesome. Incredible food served with a perfect service, in an elegant, smooth and lovely place in an overall very nice atmosphere.

Sharing it with Trine was really enjoyable : Trine likes to talk, she’s deliciously curious and has a great sense of humor. I guess it’s also the reason why we spend a great lunch. Thanks to you Trine for sharing this with me (including the pictures :o) !!!

Cheers,
Laurent V

Ps) since this first lunch, we’ve already booked our next food meeting : a dinner at noma on May 21. Life is short, play hard.

12 commentaires

  1. Fantastic, Laurent!
    My goodness this is amusing! ;o) It was wonderful to read about the thought you had and have had. I laughed too when I read your review. Really amusing.

    Thank you!

    Best
    Trine

  2. Contrairement au précédent post sur Gagnaire, celui ci me donne envie… splendide !!!!!!!

  3. Y a truc que je ne comprends pas, vous avez changé de photopgraphe😉

  4. Hum… comment dire … (la bave du crapaud… :o)

    Disons qu le photographe n’a pas vraiment changé (on s’est partagé la prise des photos), c’est surtout l’appareil qui a changé : ce Canon EOS350D fait des merveilles je te l’accorde, je suis sur le point de l’acheter depuis 3 semaines, et j’hésite toujours (avec le Nikon D60… )

  5. Je me disais bien😉
    Moi j’ai un Panasonic L1, boitier qui est le petit frere du Leica M8, coté retro, et je m’amuse bien…Peut etre aurons l’occasion de faire une table un jour😉

    A+

  6. Peut-être ?? moi je dis surement !! :o)… suffit juste de trouver un lieu (pas trop dur) et une date (déjà plus délicat)… à déjeuner de préférence, histoire que mon Lumix puisse suffire pour la prise de photos … :o)

  7. J’ai eu l’honneur de dejeuner chez Pierre Gagnaire, le jour 9 mai, tout seul. ça a été le meilleur repas de ma vie, ainsi qu’une experience hors du commun. Je n’ai pas pris des photo car j’étais trop transporté par la force de ce voyage immense qui m’a conduit ailleur, non pas comme un excperience proustienne, en arrière, mais plutot au de là de cette dimension temporelle, disons vers le futur. Ce voyage c’est melé à ma vie, à mes émotions en m’en donnant des autres, differentes, ça m’a touché dans la profondité de mon coeur, je me suis retrouvé à pleurer face à un jus de rhubarbe…
    Il s’agissait du meme menu degustation que l’on peut voir ici, à part les desserts, meme si l’éxecution, dans les details, ça a étée un peu differente, à ce que je vois par les photo.
    Un superbe service, gentil, jeune, pas lourd, précis, complice, attentif, ironique.
    Un parfait sommelier, qui a tout autant interpreté mes exigences, à niveau des gouts, des preferences et aussi concertantes à mon budget…
    Un grand merci.
    Allez-y, allez-y allez-y. C’est inoubliable

  8. Je vais réserver chez Pierre Gagnaire pour un déjeuner le 11 mai prochain.
    Je suis un peu perdu entre le menu du marché et le menu de printemps. Quels sont les prix au déjeuner pour ces 2 menus. Lequel me conseillez-vous ? Sont-ce les mêmes menus qu’au dîner ?

    Merci infiniment de m’éclairer, je salive déjà d’y être !

    • Le menu de printemps est actuelment à 255 euros, on peut en profiter au déjeuner et au diner, alors que le menu du marché (110 euros) est disponible uniquement à midi. Je vous conseille sans doute, s’il s’agit de la première fois que vous avez l’honneur de vivre la cuisine de Pierre Gagnaire, de prendre la grand menu degustation de printemps, le menu du marché rusquerait de ne pas vous satisfaire…depuis ma première fois, je dois l’avouer, ce restaurant est devenu pour moi comme une drogue, merveilleuse et puissante et un peu chère…rien est parfait, ce chef prend ses risques, si parfois on a l’impression qu’ un plat ne soit pas abouti comme un autre, c’est à cause de la meme energie que monsieur gagnaire employe pour la creation d’autre plats que nous n’oublierons jamais. Ce meme menu degustation que je vous souhaite de gouter, j’ai eu le plaisir de le gouter moi meme. J’ai pleuré sur deux plats, dont la dorade royale et une soupe de betterave (il y avait un changement par rapport au menu, ça devait etre d’oignon rouge) laquée de jus de clémentine, brunoise de chioggia e un pannequet contenant de la chair pressée de tourteau. Ce plat a été un cadeau provenant du ciel, en sachant que le ciel, ce jour là, était dans la cuisine de Pierre Gagnaire. Ce plat justifiait un autre moin réussi, que lors de mon diner, je compris pas , mais que, avec du recul, avait quand meme son sens dans le cadre de mon repas, puisque cela, dans sa totalité, fut genial, gargantuesque, magique, drole au moment des desserts, different de toute autre expérience culinaire, un peu schizofrénique sur l’assiette, mais plein de vie, plein d’amour. Donc attendez vous à des moments de reflections pendant lesquels vous vous poserez des questions, mais surtout attendez vous à des émotions, émotions, émotions. J’éspère ne pas vous avoir ennuyé, en risquant de sembler un peu fanatique et en ayant été décidément logorrhéique. Mais comme je vous l’ai dit, pour moi c’est une drogue. Et je vous la conseille. Donc, sans hésiter, prenez le grand menu degustation.J’en profite… merçi à tous pour ce magnifique blog/site, qui nous permet de vivre avec vous vos repas.

      • Bonjour,
        merci pour ce commentaire enrichissant et passionnant.

        Est-ce que le menu dégustation n’est pas trop copieux ? Surtout que j’invite mes parents qui sont âgés et qui n’ont pas toujours un appétit aussi énorme que le mien😉

      • Bonjour, il n’y a pas à remerçier, c’est un plaisir de pouvoir partager ces émotions…Je dois avouer que oui, le menu dégustation est très copieux et très généreux, parfois meme trop. Les portions sont petites, mais finalment avec 7 services, 3 fromages, 9 desserts, plus les amuse bouche, le pain (très bon) et le beurre, le vin, on se remplit l’estomac. Mais le personel de salle et de cuisine est très disponible, donc je crois que vous pourrez sans soucis trouver un arrangement, pour fixer un prix pour une plus petite degustation, par exemple, pourvu que vous preveniez à l’avance. Autrement rien vous empeche de choisir le menu dejeuneur pour vos parents et le menu degustation pour vous. Sinon la carte est assez chère et meme si les plats sont très aboutis le rapport quantité prix changerait un peu. En gros c’est ça. Amusez vous bien en tout cas!

  9. > Pierre : Le menu du marché est le menu du déjeuner (105 euros si mes souvenirs sont bons, mais je pourrai vous le confirmer bientôt car j’y retourne dans les prochaines semaines), tandis que le menu du printemps est le menu Dégustation (235€ je crois). Ces 2 menus représentent très bien la cuisine du chef même si celle-ci est plus surprenante et généreuse en déclinaison de plat à la carte (ex 1 entrée = 7 déclinaisons). Le menu Dégustation est gargantuesque et constitue une expérience ultime dont les afficionados (comme moi) mettnent quelques jours à s’en remettre. Le menu déjeuner (aussi copieux) est un bon compromis si on veut découvrir la cuisine du chef (génie) en douceur. Le menu dégustation est proposé midi et soir, contrairement au menu du marché proposé uniquement le midi. Enjoy !


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s