GoT à Bordeaux : Day 2 – Au Bonheur du Palais

Dîner du vendredi 9 mai 2008.

Nous sommes à mi-chemin de notre périple bordelais. Et il faut reconnaitre que non seulement nos repas furent jusqu’ici de très grande qualité, mais surtout – et c’était un peu l’inconnue pour nous tous – nos estomacs tiennent le choc, car il est à peine 19h30 ce vendredi soir et nous sentons déjà une petite faim pointer le bout du nez…

Direction Bordeaux plein centre pour ce dîner où nous serons 6, Xavier, son épouse et la douce de Laurent V se joignant aux 3 heureux du midi.

Dîner au Bonheur du Palais chez les frères Shan, nous y tenions plus que tout avec Guillaume. Pour nous c’était comme retourner en pélérinage dans l’établissement ayant marqué notre soirée du 22 octobre dernier chez ces même frères Shan.

20h, nous sommes devant l’enseigne du restaurant, prêt pour un autre voyage, nettement plus atypique et exotique.

Alors pourquoi cette adresse ? Pourquoi ce restaurant ?

Tout simplement parce qu’est délivrée ici l’une des meilleures cuisines chinoises (pour ne pas dire la meilleure) de France. Une cuisine spécifique, cantonnaise et sichuanaise, que revendiquent avec talent et dynamisme les frères Shan, Andy en cuisine, Tommy en salle.

Omnivore (bible de tout GoT qui se respecte) les sélectionne dans son Carnet de Route 2008 en mentionnant ce titre on ne peut plus juste : « La Chine s’éveille » et quelques lignes plus loin : « Dans cette salle d’une modestie inouïe, une quinzaine de tables intimistes sans exotisme tapageur, écoutez Tommy vous conter l’aventure familiale, les saveurs primaires d’une cuisine qui intègre l’âcreté, l’acide et l’amer,… ».

Sous des airs discrets et affichant une humilité de tous les instants, ces 2 gaillards sont de sacrés personnages : Th. Marx les a invités pour une session de cuisine live au Omnivore Food Festival (OFF) l’an dernier, ils nous avouent être invités par Ferran Adria à un autre séminaire en Espagne prochainement, toujours afin de promouvoir cette cuisine sichuanaise et démontrer qu’il existe une réelle gastronomie chinoise.

Entrés dans le restaurant, Tommy nous accueille chaleureusement et nous conduit à notre table où pour l’occasion, Patrick et Ségolène nous feront le plaisir de partager ce dîner… c’est un peu beaucoup grâce à eux que nous avions découvert cette adresse…

Même principe que pour nos autres repas, nous nous laissons guider par nos hôtes. Et il n’existe pas 2 hôtes comme Tommy. Volubile, présent, blagueur, pédagogue et éminent connaisseur de cette cuisine, il n’existe pas d’équivalent pour transmettre cette passion et cette culture. Chaud comme la braise, il nous présente les 11 plats qui seront préparés pour notre table… wow 11 … bon, ben Ok… :o)

Et voici le résultat en photos :

Rôti de porc caramélisé

Boeuf saumuré aux épices

Crevettes pochées à base de piments

Poulet à la crème de sésame

Saumon mariné au thé fumé

Pigeon farci

Lotte sautée au wok

Poulet croustillant Yuxian

Canard frit

Jarret de porc braisé à la mode Dong Po

Homard sauté à la pâte d’haricots noir et à l’ail

Alors… première précision : les photos représentent chaque fois un plat pour 4 personnes. Ne croyez pas que nous ayons chacun mangé chacun de ces plats… nous sommes gourmands mais pas inconscients.

Ensuite, il est quasiment impossible de relater avec précision chaque plat, chacun ayant son histoire, son savoir-faire, ses composantes qui lui sont propres et nécessitent une vraie culture et connaissance de cette cuisine. Nous serons simplement unanimes pour reconnaitre une vraie identité culinaire, des goûts incroyables, originaux et surprenants parfois, terriblement goûteux mais toujours en finesse, même sur les plats les plus épicés.

On peut dire qu’aucun plat ne ressemble à un autre (malgré les apparences), que cette cuisine est assez relevée, parfois anésthésiante et donc souvent positivement déstabilisante pour votre palais. On s’est littéralement régalé sur ces 11 plats, les 22 assiettes sont reparties vides en cuisine (OK, Patrick nous a un peu aidé… :o), avec un consensus pour GoT sur le top 5 (dans le désordre) : Saumon / Lotte / Poulets / Canard / Porc…

Enfin, le service de ces plats se fait dans un élan de convivialité qui colle bien à cette cuisine et au lieu. Les plats sont amenés en 2 temps : les 5 premiers, constituant ce qu’on pourrait appeler des « entrées », sont servis tous en même temps, suivis quand vous les avez terminées par les 6 derniers qu’on pourrait identifier comme étant les plats principaux, servis également en même temps. L’ensemble est accompagné de riz blanc, finalement le meilleur accompagnement possible, s’accordant avec chacun des mets.

Inutile de vous faire un dessin, dès l’apport des premiers plats, la table devient méconnaissable et comme dirait Cali, c’est un joyeux bordel qui fait son apparition.

Chacun se sert dans son assiette puis très vite, on picore dans un plat, on reprend un peu d’un autre… tiens, on n’a pas encore goûté à celui-là… on entend les « hmmm » à gauche, les « ohhh » à droite… que du plaisir que du plaisir…

Et que boit-on avec cela ? Et bien que du bon chers amis. Car c’est là aussi que ce restaurant se différencie, et pas n’importe comment : les blancs d’Ostertag, les Pouilly de Daguenau, même Elian Da Ros est dans la place… sur les rouges; ca envoie du lourd aussi avec des gros Rhônes et vins du Sud-Ouest. Les Shan aiment les vins, ca tombe bien nous aussi. Leur étagères sont décorées de Vega Sicilia, Romanee Conti, … on n’y boit pas que du thé (excellent par ailleurs…).

Pour notre petite tablée, nous partirons sur une Côte d’Heux, blanc de Gascogne, vin découverte pour la plupart d’entre nous. Et pour finir un Coucou blanc d’Elian Da Ros, vin assez atypique mais délicieux, avec une sucrosité absolument pas dérangeante pour accompagner ce menu.

Après un dessert on ne peut plus classique (Tommy nous rappelant : il ne faut pas venir ici pour les desserts :o), nous avons l’occasion de converser avec Tommy : sur cette cuisine, sur les vins, sur ses perspectives futures. Petit tour ensuite en cuisine pour une visite des lieux et il est déjà temps de quitter nos hôtes et rentrer vers Arsac.

Encore une très belle soirée, bien évidemment différente. Mais tout aussi plaisante et de qualité. Le seul bémol que nous constatons « à froid » concerne finalement le service groupé des plats. C’est extrêmement convivial et familier dans un restaurant chinois certes, mais vu le niveau de qualité et complexité des plats, les servir un par un ou deux par deux permettrait une meilleure dégustation, plus lente, permettant probablement une découverte encore plus pointue de ces goûts et saveurs si spécifiques et recherchées. Côté prix, ce repas all-in est tarifé à 85 euros, 12 plats dessert inclus et 4 bouteilles de vins.

Le retour sur Arsac se fait à nouveau dans le calme (sans ronflements cette fois), ambiance détendue et sereine de fin de repas, avec le regard tourné vers notre lit douillet…

Laissons la conclusion de ce beau repas à l’une d’entre nous : « une fois qu’on a goûté à cela, on n’a plus vraiment envie de manger chinois ailleurs…« .

GoT
 

5 commentaires

  1. Ne voudrais-tu pas nous donner un complément culturel en nous parlant du poète Li Po ? (mille excuses au lecteur, cette « finesse » ne fera rire que les convives présents ce soir là).

  2. Excellente remarque, cher Patrick, nous nous souviendrons longtemps de ce moment qui caractérise si bien notre Laurent : attentif, élégant et passionné.
    Restaurant à faire quand on passe un petit moment sur Bordeaux.
    J’ai hâte de lire le day #3 et le moment fort de notre week-end : notre coup de foudre avec St Emilion et l’un de ses hôtes…

  3. tout est dit… rencontrer et entrer dans l’intimité de la famille Shan est un moment de Bonheur absolu. C’est La plus belle rencontre pour nous à Bordeaux . Au delà de la cuisine, Tomy,Andy, Maman Shan (80 ans et c’est elle qui réalise les « bras croisés! ») sans oublier Hélène, sont des personnalités comme il devrait en exister plus: chaleur, humanisme, humilité, partage… la liste est longue et ce n’est pas un hasard si Marx, Etchebest, Portos entre autres sont des fans et amis du Bonheur du Palais. Pour nous, c’est une leçon de vie à chaque visite et nos enfants, si difficiles d’habitude, se font une fête à l’annonce d’un dîner chez la San family…

  4. > Patrick / Xavier : ne vois pas de quoi vous parlez… vous n’avez pas aimé le homard ? :o))

    > Walter : tout à fait juste, une adresse improbable pour des gens extras… vous en avez bien de la chance de les avoir à portée de baguette…

  5. the best chinese restaurant in france


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s