Martin Berasategui

Dîner du jeudi 14 août 2008

Le premier, mon tout premier grand d’Espagne, c’est ce jeudi 14 août que j’allais le découvrir.

Martin Berasategui (3*) fait partie depuis longtemps de ma to-do list. Et plus généralement, San Sebastian est l’une des destinations m’attirant le plus car regorgeant de tables aussi réputées les unes que les autres (Mugaritz, Arzak, Akelare,…). Et pourtant, je n’y avais encore jamais mis les pieds.

Pour cette première, nous avions le choix entre Akelare et Berasategui, et c’est finalement pour ce dernier que nous optons, non sans avoir pris recommandation auprès de quelques conseillers avisés…🙂.

Grâce au talent d’amis voisins épicuriens et motivés par l’expérience, une réservation est donc obtenue quelques semaines auparavant et le jour J c’est en avion Easy Jet que ma douce et moi atteignons Biarritz où nous attendent déjà nos amis.

Quelques heures plus tard et nous voilà arrivés dans le parking du restaurant. Nous sommes les premiers. Après un peu d’attente à l’accueil, visiblement nous étions vraiment trop tôt (mais il faisait faim), on nous conduit à notre table, située au milieu de la salle et en bordure de fenêtre.

Le cadre ne se distingue pas particulièrement : sobre, plutôt classique, tons neutres (bleus et beiges), tables bien espacées. Confortablement installés, le dîner peut commencer et les premiers contacts avec l’équipe de salle se font en français et s’avèrent immédiatement conviviaux et détendus.

Nous optons évidemment pour le Grand Menu Dégustation Martin Berasategui, tarifé à 155€. Et pour l’apéritif, nous entamons le repas avec un Louis Roederer, brut, rafraichissant et toujours aussi agréable au palais. Pour accompagner cet apéritif sont servies de petites bouchées, « séductrices, légères et surtout savoureuses », dixit Martin.

2007 Laminé de cabillaud légèrement fumé, sur poudre de noisette, café et vanille

1995 Mille-feuille caramélisé d’anguille fumée, foie gras, crème de petits oignons et pomme verte & 2007 Gazpacho de pêche de vigne avec infusions de coques al txakoli

Des mises en bouche véritablement excellentes. Sur le laminé de cabillaud (servi sur une petite crème de fromage), c’est un monde où les goûts sont précis, subtiles, puissants et nouveaux qui s’ouvrent à vous. Quant au mille-feuille, la perfection à l’état pur. Les goûts se distinguent tout en se fondant harmonieusement ensemble. Ca fond en bouche, c’est délicat et savoureux, que du bonheur. Nous sommes bien évidemment et immédiatement impressionnés par la qualité de ces premières dégustations. Elles annoncent un grand repas… et la suite ne nous démentira pas.

Et justement, pour accompagner ce repas, il est temps de penser au vin. 2 blancs et 1 rouge feront l’affaire, je m’oriente donc sur la séquence suivante : Riesling allemand (que l’excellent sommelier Steve l’Abée se fera un plaisir de choisir hors carte) Kastanienbusch 2004 Pfalz, un Chassagne Montrachet 1er cru Morgeot 2005 et enfin un Rioja Gran Reserva 1995.

Le menu reprend avec un met « surprise » :

Carpaccio de Saint-Jacques, jus de chair de crustacés et légumes, vinaigrette de mangues, oeufs de truite

On est sur la fraîcheur, des saveurs douces, très agréable.

2006 Huître à la chlorophylle de cresson, roquette et pomme, crème de citronnelle, aux herbes d’oxalys acetosella

Un excellent plat, associant 3 ou 4 saveurs pas plus. Qualité d’huître (de Galice me confiera Martin plus tard dans la soirée) exceptionnelle, bel accord avec la citronnelle, grand miam.

2008 Le plat de pomme et tubercules oubliés, croustillant, crème glacée et sandwich à la moutarde

Un plat d’anthologie, difficilement descriptible tant il surprend, émerveille, … des associations improbables et tellement évidentes. La magie opère et on comprend d’avantage pourquoi la gastronomie espagnole a obtenu sa réputation mondiale.

2006 Lait caillé de coquille Saint-Jacques et pousse de soja, crémeux de café, cannelle et curry

On reste sur du très haut niveau. D’apparence neutre, voilà un plat complexe au niveau des équilibres des saveurs. Tout se jour sur le crémeux et c’est extra en bouche, les parfums se complètent, chacun se révélant à tour de rôle, fantastique.

2007 Oeuf de ferme avec betterave, salade liquide d’herbes, carpaccio de ragoût basque et fromage

Le plat qui a fait le plus débat, étant le seul à ne pas l’apprécier réellement. Techniquement complexe, les goûts m’ont parus un peu confus et je n’ai pas vraiment compris le but recherché.

2002 Salade tiède de coeur de légumes, avec crustacés, crème de laitue de ferme et jus iodé à l’huile « Pago de Los Baldios de San Carlos »

Un visuel magnifique, et des goûts qui confirment ce visuel : c’est fin, subtile en bouche, tourné vers les produits mis en valeur dans un plat à priori plus simple.

2008 Rouget rôti et ses écailles comestibles, jus de poisson de roche au safran, bonbon liquide d’olives noires

On reprend sa route vers les sommets avec peut-être le meilleur plat pour moi. En arrière plan, le tartare d’huitres valait à lui seul le déplacement. Le chips d’encre de seiche n’était pas en reste. Et que dire de ce jus de poisson juste exceptionnel. Enfin, un rouget de grande qualité et à la cuisson parfaite, couvert d’écailles croustillantes. Jeu de textures, de saveurs, de températures : un plat énorme, inoubliable.

2008 Pigeon d’Araiz rôti, avec pâtes fraîches aux champignons et petits oignons, touches de crème truffées

On reste sur la lancée avec ce pigeon à la cuisson juste, les touches de crème truffées et les pâtes font le reste : du grand art.

2008 Chaud-froid de pomme et racines de plantes

Petite transition en douceur vers les desserts, intéressante proposition, composition originale, l’ensemble fonctionne bien.

2008 Crème glacée de céléri et ses pousses et feuilles avec eau de vie, laminé de mangue, compote de betterave et fruits

Excellent premier dessert, de la fraîcheur, des saveurs assez présentes qui relancent les papilles et vous les préparent pour la dernière ligne droite.

2008 Essence froide de basilic avec sorbet de citron vert, granité de genévrier et touches d’amandes crues

Le meilleur dessert, création récente de Martin, un ensemble cohérent, travaillé, l’essence froide révèle toute sa puissance sans être une seule seconde écoeurante, le sorbet de citron vert apporte l’acidité sans tuer le plat, bref, tout cela est bel et bien fait, et clôture un fabuleux menu.

Mignardises

Comme dirait l’autre, après un tel menu, vous pouvez mourrir tranquille.

Chaque plat était d’un niveau de qualité exceptionnel, présentant un équilibre de saveurs rarement rencontré, servi par des techniques de cuisson ou élaboration discrètes mettant en avant le produit.

Un visule travaillé et réfléchi dans l’assiette, des saveurs omniprésentes, des associations parfois osées mais toujours réussies, il est quasiment impossible de dégager un plat parmi les autres. Pour ma part, je dirais que l’oeuf de ferme était en dessous du reste et les tubercules, le lait caillé et le rouget des plats d’anthologie que jamais je n’oublierai.

En fin de repas, Martin himself déambule de table en table et, arrivé à la nôtre, nous salue tout d’abord puis entame une conversation qui durera une petite demi-heure. Nous demandons à voir les cuisines et il nous y emmène illico presto. Nous pénétrons alors dans l’envers du décor : 350m2, 40 cuisiniers (pour 45 couverts), impressionnant.

La discussion avec Martin est évidemment engagée sur le terrain de la cuisine, de ses techniques de préparation, des origines de son personnel (toute l’Europe est présente), des chefs qu’il connait et recommande (et ô heureuse surprise, il me demande de saluer San de L’Air du Temps, me confiant avoir fait chez lui l’un de ses meilleurs repas hors d’Espagne … le monde est petit🙂.

Après de longues minutes en cuisine, il nous emmène en terrasse, puis nous reconduit à table en nous souhaitant une excellente fin de soirée, nous remerciant pour notre visite et nous invitant à le contacter lors de notre prochaine visite à San Sebastian. Quel homme ! Sacré personnage, disponible, ouvert, volubile à souhait, c’est un plaisir de l’écouter et le voir s’exprimer au sujet de sa cuisine, son univers. Un moment inoubliable… encore un.

De retour à table, nous souhaitons finir la soirée avec un dernier petit verre et le sommelier nous sert un vin d’orange des plus original qui ne laissera pas indifférent, les avis sont partagés.

Arrivés les premiers à 20h, nous partons les derniers vers 1H du matin, heureux, repus, comblés, et surtout charmés par l’expérience : une cuisine unique, une rencontre avec un chef qui l’est tout autant, un service et accueil à dimension humaine, le tout partagé entre amis (encore merci pour la résa !🙂 ) : le plaisir de la table dans toute sa splendeur.

Martin Berasategui rentre directement dans mon classement très subjectif de mes 3 meilleurs repas, en attendant d’autres espagnols peut-être ? Cela ne saurait tarder car après Bordeaux en 2008, San Sebastien sera la prochaine destination de GoT en séjour prolongé. Il y a manifestement de quoi se faire plaisir dans la région…

GoTiquement vôtre,

Laurent V

13 commentaires

  1. Bonsoir Laurent,

    vraiment un rapport très bien écrit, rempli d’informations et qui donne surtout très faim😉

    Je serais curieux de savoir si le Riesling de Rebholz vous a plu, et si ca t’a paru être une recommendation étrange, un Riesling allemand?

    Sinon je voudrais également vous recommander le restaurant EL Poblet à Denia proche de Valence, servant une cuisine avantgardiste des plus étonnantes, mais je suis certain qu’il figure déjà sur votre liste.

    cordialement,

    Alexis

  2. Bonjour Alexis et merci pour le commentaire !

    Concernant le riesling allemand, ce n’était nullement curieux car c’est moi qui avait initialement demandé un riesling allemand. En effet, je suis assez amateur des rieslings allemands qui figurent parmi mes blancs préférés (Haag, Breuer, Egon Muller, Jost) et aujourd’hui, je commence quasiment tout le temps un repas avec un de ces vins alliant fraîcheur et équilibre. Ce Riesling là était donc une découverte et nous a beaucoup plu.

    Concernant el Poblet, c’est en effet sur ma to do liste, notamment suite à un review lu sur votre blog🙂

    Au plaisir,

    Laurent

  3. Bonjour Laurent,

    je suis toujours curieux de voir comment le Riesling allemand est percu et apprecié dans le monde, car je suis très convaincu de part sa qualité depuis certaines années et pense qu’il devrait avoir sa place sur de nombreuses cartes des vins. Hélas, il a aussi une mauvaise réputation à combattre et apparait plus souvent à certains endroits (par exemple très à la mode à NY, ou il cotoie souvent le Riesling alsacien su les menus, comparaison très intéressante) qu’ à d’autres (Italie, France il me semble).
    Mais je suis donc ravi de savoir qu’il existe des adeptes du Riesling allemand en France😉

    bonne journée,

    Alexis

  4. Des adeptes en France, mais aussi en Belgique !! – je t’invite à lire un mail que je t’ai envoyé ce matin🙂

  5. Domage que le plat suivant n’est plus compris dans le menu dégustaion:

    Berasategui - 2001 - Consommé de chipiron, ravioli farci de son encre et croustillant

    J’éspère bien de retrouver ici une revue de… Mugaritz.
    Intrigué.

    Matthieu.

  6. Bonjour Laurent,
    A l’occasion de nos 20 ans de mariage nous avons reservés une table pour le dîner du 19/09. Votre reportage est superbe et je pense ne pas mettre tromper sur la table.
    Martin est un disciple de Didier Oudill et c’est avec grand plaisir que nous allons le retrouver. Pouvez vous me dire s’il y a un service au verre et nous conseiller en sachant que nous prendrons le menu dégustation.
    Merci à vous.
    Bien amicalement.
    Jean Michel.

  7. Bonjour Laurent

    Encore un très beau article! Si vous allez dans la région de San Sebastian il faut que vous éssayez absolument L’Auberge Basque de Cédric Béchade et Mugaritz qui sont tous les deux très intéressants. Mugaritz vaut vraiment le voyage même si il y a quelques plats qui peuvent paraitres discutables

    Felix

  8. Un repas chez Martin, ça reste pour longtemps un grand moment de bonheur et d’émotions!
    Les nouveautés 2008, en particulier le plat de pommes et le dessert basilic citron vert genévrier, donnent envie de refaire quelques kilomètres… ainsi qu’avoir le plaisir de discuter avec Martin… un moment inoubliable comme tu dis!

  9. > Matthieu : ce plat est toujours proposé, ma chère et tendre l’a reçu en lieu et place de l’huître en première entrée… à ses dires, c »était excellent, je n’ai même pas pu goûter…🙂 Concernant Mugaritz, c’est dans ma to do list, probablement début 2009 à l’occasion d’un séjour élargi à San Sebastien.

    > JM : Désolé de répondre si tadivement. Il n’y a pas de menu « vins » proposé, par contre, demander au sommllier de vous proposer une sélection de vin au verre tout au long du menu et il le fera avec plaisir, dénichant de vraies petites merveilles.

    > Félix : Merci ! Je vous suis sur Mugaritz, c’est à découvrir n’y étant encore jamais allé. Au sujet de l’Auberge Basque, un ami membre de GoT y a été et m’en a dit le plus grand bien, photos à l’appui… doit y avoir moyen d’insérer cela dans un futur déplacement au pays basque !

    > Chantal : c’est vrai que c’est beaucoup moins loin pour toi, tu aurais tort de ne pas en profiter !🙂

  10. Hi Laurent,
    great report of Martin! I ate there about a year ago and must admit it was a rollercoaster of very good and less good dishes. But what I reckon that he has a lot of new dishes on the menu which I do not know. The qyster was indeed magnificent and I really like the egg because it was delicious and a very different touch towards today’s poaching. The salad was not really pleasant for us as it involved much too much jelly was somehoe destroyed the dish for us. Dessert were a miss back then.
    Martin is a great master and the numerous new dishes which seem to be outstanding makes him ingenious. And, he is i the kitchen nearly every day and « runs » a gatronomic empire seemingly in a very clever way. Chapeau.
    You are in advantage as our french and spanish was too poor to have a real conversation with the master;-)

  11. Thanks Ingo ! I found the menu very well balanced indeed and with no real fault.
    Certainly the dessert were excellent in our case.

    I’ve read your posts on Barcelona, was surprised of your Commerc24 feedback, have heard so many good things about the place (never been there) – too bad really, have you been to other spanish cities for el Poblet or Roca brothers ?

  12. Hi Laurent,
    our issue with Martin was merely our taste. Some dishes clicked, some just didn’t. But I need to go back anyway.

    C24 was not as expected just look at the pictures which do not show a single very interesting dish. My expectations were too high. But the feedback I get for the review tells me that many foodies would agree with me…

    Sure, we went to Can Fabes (I would call it a complete disaster given Santi’s reputation) and to Can Roca (this was ingenious and spectacular!). Both reviews to follow – I am not as quick as you;-) Greca is next…

  13. Hello! Très appétissant tout ça! Des mots et des photos qui donnent envie. Rendez-vous pris avec ce Grand Monsieur le 20/11🙂 A bientôt !


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s