OFF#4 : Bouquet final…

Avant de rejoindre le Restoff pour y déjeuner, petite halte chez les vignerons et notamment chez Marcel Richaud et ses fabuleux Cairanne. Un premier L’Ebrascade pour l’apéro. Un second pour accompagner notre déjeuner (merci à Monsieur Steve P pour m’avoir fait découvrir ce vin).

Déjeuner dans une ambiance assez calme, que nous aurons le plaisir de partager avec le sommelier d’Oud Sluis rencontré en janvier dernier et 2 équipiers de Kobe Desramaults de chez In de Wulf, it’s a small small world.

14h30 – Retour à l’Auditorium pour les dernières sessions de cette 4ème édition.
Et on commence avec le chef dont on parle le plus en ce moment à New-York, David Chang, chef des restaurants Momofuku.

Place ensuite à un long, instructif et passionnant échange avec Heston Blummenthal, où l’on découvre avec surprise sa passion pour Alice au Pays des Merveilles, conte lui ayant inspiré le plat suivant.

Toujours en pleine réflexion et désir de recherche, Heston dévoile qu’il bosse depuis des mois sur un plat intégrant l’intervention d’un … magicien. Va falloir retourner à Bray…

Pour suivre, un chef italien que nous ne connaissions pas et qui fera forte impression : Emanuele Scarello du restaurant Agli Amici à Udinese. Avec son chef pâtissier, ce duo affiche une belle complicité et parvient à transmettre une très belle image de leur établissement, tout en réalisant une superbe séquence de plats.

Programmé en cette belle après-midi, c’est avec un plaisir non dissimulé que je vois Alexandre Gauthier, chef de La Grenouillère, prendre possession du piano et nous jouer quelques compositions que j’ai eu la chance de goûter en novembre dernier.

3 plats phares, 3 plats décalés. Prestation franche, dynamique, rythmée, totalement à son image, traduite par de belles assiettes et saluée par une audience captivée.

Enfin, last but not least, c’est à Ferran Adria d’el Bulli que revient l’honneur de clôturer cette 4ème édition du OFF.

Plusieurs vidéos agrémenteront sa prestation, aussi improbables les unes que les autres, notamment quand un ballon gonflable est rempli de jus de tomate, puis refroidi à l’azote liquide, on se défait ensuite du ballon lui-même, ce qui permet de découvrir une coque rouge, creuse, à la tomate…

Ferran met l’accent sur l’influence du Japon dans sa cuisine, et transgresse sur la notion d’âme, essentielle, omniprésente, qu’il revendique dans sa cuisine. On sent le discours sincère, l’homme attachant et l’assistance comblée. Un grand moment de partage consacrant une grande édition du OFF.

19h. Les spots s’éteignent, l’espace CID de Deauville se vide peu à peu. Je croise Alexandre et le félicite pour sa performance. Il ne nous reste plus qu’à rentrer sur Paris et digérer ces 2 journées riches en émotions. Des émotions, il en fut aussi question au repas Poisson Pilote chez Sa Qua Na la veille au soir, mais ce sera pour un prochain post, histoire de faire durer encore un peu plus le plaisir…

GoTiquement vôtre,

Laurent V

Un commentaire

  1. bonsoir
    et encore un excellent et appétissant compte rendu à votre actif, j’en ai encore faim et soif même si je sors de table…
    Cordialement


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s