Pierre Gagnaire à Tokyo

Déjeuner du jeudi 12 février 2009

Pour ce dernier repas en terre nippone, Quintessence étant toujours complet, Pierre Gagnaire était devenu une évidence. Je craignais les difficultés d’une réservation tardive (la veille) mais il n’en fut rien, un coup de fil plus tard et notre table était resérvée.

Heureux hasard, le Génie était sur Tokyo cette semaine, à l’occasion du festival Tokyo Taste qui invita nombreux chefs de la planète. Et pour l’occasion, un menu « festival » uniquement servi au déjeuner était proposé aux convives toute cette semaine. C’était exactement ce que nous souhaitions.

Le restaurant est situé dans le quartier des maisons de couture à Tokyo, et après un dédale de petites rues improbables que notre taxi n’hésita pas à emprunter à vive allure, nous voilà au pied de cet immeuble moderne de 4 étages, le 4ème hébergant le restaurant de Pierre Gagnaire à Tokyo.

Et comme par magie, une fois à l’intérieur des lieux, on se sent immédiatement dans un établissement de Gagnaire. Ce côté cosy, feutré, cet accueil très personnel et attentionné, le souci du détail dans le plus simple des éléments de déco, ambiance calme et reposante, tout n’est que bon goût et on ne peut s’empêcher de faire le lien avec la maison mère à Paris.

Nous sommes conduits à notre table, en salle principale (le restaurant compte aussi un salon et une terrasse), en bordure de fenêtre. La salle est ronde, tout le monde voit tout le monde et la première chose qui frappe est la beauté du cadre et l’élégance de la table.

Nous optons évidemment pour le menu déjeuner consacré au festival et – dernier repas oblige – nous choisissons une bouteille de Krug grande cuvée pour célébrer ce repas et la fin de notre périple à Tokyo.

Les amuse-bouches arrivent aussitôt et rappellent sur certaines bouchées ce que proposent le même restaurant rue Balzac. Des préparations précises, très techniques, travaillées, affichant une belle puissance de goût.

Place ensuite au menu déjeuner…

Thon rouge « rouge », champignons de Paris, tairagai et gras de cochon

Superbe entrée avec une qualité de produit fantastique. Contrairement à ce que laisse entendre l’intitulé du plat, la star ici est bien la Saint-Jacques d’Hokkaido, appelée tairagai… pièce exceptionnelle en taille et goût. Un plat terre et mer, du classique chez Gagnaire mais toujours aussi bien réalisé. Allez, on va même dire léger goût de trop peu tant c’était succulent…

Corolle de bar au curcuma, coquillages aux poireaux, salade de pleurotes

On ne lésine pas sur les quantités et ce plat ne déroge pas à la règle. La cuisson du bar est parfaite,  le curcuma est légèrement et subtilement présent, l’association avec les coquillages fonctionne bien, encore un très bon plat, certes moins sophistiqué que ce que pourrait proposer le chef dans un menu classique ou à la carte.

Crépinette d’agneau au safran, quenelle d’ail doux amandine, timbale de haricots blancs du sud-ouest

Dès la première bouchée, ce sont des saveurs épicées, soutenues, mais savamment dosées qui emportent le palais. L’agneau est bien cuit mais ne surprend pas, ce sont surtout les haricots et ce condiment poivron/piment qui font la différence. Grand plat, étrangement décalé dans cet environnement asiatique mais tellement bien fait.

Pour accompagner la viande, le Krug n’étant plus qu’un cadavre (beau cadavre certes), je termine sur un verre de Nuits-Saint-Georges de chez Henri Gouges, valeur sûre de l’appellation.

Pré-dessert

On retrouve ici une approche similaire à ce que l’on propose à Paris : une déclinaison de petites bouchées sucrées, tournées vers les produits locaux, et toujours comme à Paris, constituant très bonne transition vers les desserts.

Les desserts

Honte sur moi, je n’ai pas pris note des intitulés des desserts. Je me souviens par contre très bien qu’ils m’avaient tous les trois laissé bouche bée. Fantastique séquence, s’achevant par un dessert chocolat / poivron d’anthologie. Une merveille d’équilibre et gourmandise.

15h, nous quittons les lieux non sans féliciter le chef de cuisine, Olivier Chaignon, un français, qui a évidemment côtoyé Pierre Gagnaire à Paris et a eu la chance de pouvoir prendre la direction des cuisines de son restaurant au Japon.

Retour à l’hôtel, petite sieste réparatrice puis préparation pour le retour vers Paris – car cette fois-ci c’est certain, nous rentrons.

Un énorme merci à nos amis organisateurs de ce voyage (ils se reconnaitront), nous n’aurions clairement pas vécu les mêmes bonheurs sans eux. Merveilleux déjeuner, merveilleux repas tout au long de cette semaine, merveilleux voyage tout simplement.

Laurent V

Publicités

Sushi Shintaro, Tokyo

Lunch, Wednesday Feb 11 2009

This meal can’t be compared to any other i’ve done since years now. Suprisingly, it is for sure one of my best meal ever while totally unexpected and unpredictable. And i can feel very lucky when you’ll know we eated there by pure coincidence.

We were already lucky to stay 2 days more in Tokyo thanks to our cancelled return flight. 2 days means at least 2 meals 🙂 … and after the first 3 we had during the previous days, i wanted to opt for another kind of food and restaurants and was looking to eat at one of the most famous sushi restaurants : Jiro or Sushi Mizutani… but damned, they were all closed because of public holiday on this wednesday.

We decided to take our chance and after a walk around the imperial park, we entered Ginza where we hoped to find some open sushi bars (even from an average level, it would still be better then those we have here in Paris).

All the places i marked on my plan were closed (or sometimes we even never found the places…). After 1 hour of searching in all small Ginza streets, we sadly decided to return to L’Osier (well,… « sad » can’t be the right word but we were so determined to find an open sushi bar that we were quite disappointed to be there without trying a sushi restaurant). And 30 meters before the entrance of L’Osier, in the same street, i see a  small and dark entrance with stairs going down and in front it a small white board with some very nice sushi pics. As the stairs were lightened, i told my friends to wait for me and i went downstairs, looking for someone and hoping we could eat some sushis.

I arrived at the baseground floor, nobody there, followed a small corridor and at the end was facing the doors of what i hoped to be a restaurant. I opened the doors and was almost face to face with a young guy, in white cooking clothes, suprised to see me : i looked around me and saw a lovely 8 seats counter, light wood, very clean and classy. Wow, a restaurant with just 8 seats, it reminds me the places i’ve been recommended (Jiro…). The young chef couldn’t stop smiling to me and said that indeed the restaurant was exceptionnally open and it was ok for us to eat there. So great !

I ran back to the street and asked my friends to join.

We took our places and then entered the « master » in the room. Black kimono, above the 50years old, the chef doesn’t speak any word of english, the translations is done by his young apprentice. They are asking us what we want to eat : sushi, sashimi, maki ? We are ordering sushis in a blind way as no fishs are shown on the desk. How many pieces ? We don’t have to care about that, we just say « stop » when we are full. Easy 🙂 .

Quicky, because i was shooting fast and furious, the apprentice kindly asks why i’m doing that. Trying to explain the blog story, he smiles again and translates to the chef. We feel the chef being proud and he suddenly stop preparing one sushi and explains me he’s very famous in Japan, that one of his best friend is the chef from famous Tetsuya restaurant in Australia and showed me a japanese magazine where the journalist dedicated a full page to him. What a luck we had to have found this place.

And from this moment, and during the next 2 hours, the four of us will simply be in heaven, living an out of time experience. We are seating there in a 8 seats restaurant, exclusively treated by 2 amazing guys, taking care of any of our wish or comment. Unforgettable.

And as soon as the first sushi lands on our plate we discover what a real sushi means. Amazing quality. First the rice is the best i’ve ever eated. And of course each fish will be the best i’ve never tasted before. Here, you better eat sushi with your fingers (sticks are available but it is not the real way of eating here). And more important : no soy sauce, no additional wasabi. For each sushi piece the chef will indicate us what has been prepared and of course how to eat it. Our menu will be built piece per piece by the chef and will be prepared in this sequence (with some doubts on some fish names) :

Sardine

Goldfish

Have a look a the ginger, best ginger i’ve ever eaten too…

Horse mackerel

Prawn

Eel (salted and grilled)

Mackerel

Squid

Tuna

A flat fish

Fat Tuna

Sea scallop

Red clam

Abalone

Makis : fat tuna, abalone

Dessert

2 hours later, we had no words to express the pleasure and intense emotions we had. The sushis were so fantastic. I never had in the past such quality of products combined and so well balanced in one small bite. Each fish or sea food was outstanding. Probably the first 3 but also the eel, the mackerel and the fat tuna were amongst the most unforgettable thing i’ve eated in my life. It is almost something you can’t describe like for another meal as you need to live that once to have all the dimensions of the experience. From a human perspective it was also incredible. It looks that they didn’t know what to do more to please us. It was already more than enough.

They thanked us so many times for our visit, they couldn’t stop greeting us and even joined us to the elevator for a last goodbye. So humble. So human. I was quite shocked and totally thrilled by such an experience.

Back in the streets, the contrast was quite violent. Around all these people walking and running, I was totally lost and needed a few hours to recover from this. I couldn’t do anything else than going back to the hotel and just resting some time.

But my main question after this meal was : how is it possible that this place is not known ? (no references in guides, only a few links in Google like here…). And are all sushi restaurants like this one ? I got a part of the answer in my flight back to Paris where i met a japanese girl being in the food area since many years. She told me that Sushi Shintaro is recognized as one the best sushi restaurant of Japan. And that i was very lucky to get a table there. Actually, this information had no real effect on me. It just reminds me i had lived there one of my best meal ever… and now, i just dream to come back. One day…

Laurent V

Sant Pau, Tokyo

Dîner du mardi 10 février 2009

Pour ce 2ème jour en terre nippone, changement de programme. Il était prévu de déjeuner au restaurant Sant Pau avant de prendre notre vol de retour vers Paris dans l’après-midi. C’était sans compter sur une tempête en France qui allait chambouler les plans de vol et nous contraindre à rester deux jours de plus… on n’en demandait pas tant.

Nous décidons de profiter d’avantage de la ville et de ses quartiers si atypiques et différents et reportons donc notre repas au Sant Pau au dîner.

Situé au nord de Ginza, dans le quartier de Nihonbashi, le restaurant se présente dans une configuration identique à celle de la maison mère tenue par Carme Ruscellada (espagnole, l’une des rares femmes 3 étoiles au monde) à Sant Pol del Mar : cuisine au rez, salle à manger à l’étage.

Arrivants un peu tard, nous nous sentons attendus mais l’accueil se fait cependant tout en sourire et gentillesse, on nous conduit à notre table où nous prenons place avec grande faim.

Cadre contemporain, tables bien espacées et confortables, la lumière est douce et chaleureuse. On sent immédiatement le service un peu moins carré et pointu que la veille mais peu importe, nous souhaitons vivre une autre expérience et ne boudons pas notre plaisir d’être là.

Les menus nous sont présentés en anglais et japonais mais heureusement, la directrice de salle est espagnole et parle très correctement le français. Quant au chef Jérôme Quilboeuf, il est français et ancien second de Carme Ruscellada en Espagne. Une histoire qui se répète de plus en plus de nos jours : celle des seconds qui se voient offrir l’opportunité de prendre les rênes d’un restaurant à l’étranger, afin d’y faire connaître la cuisine de leur maison mère : Martin, Gagnaire, Bras, Haeberlin et j’en passe, ils sont nombreux à procéder de la sorte, avec d’ailleurs plus ou moins de réussite selon FS.

Nous optons évidemment pour le menu Dégustation et après avoir commandé un cava de 85 (hommage à l’Espagne oblige), on se voit servir une rafale d’amuses-bouche, accompagnées de leur petit texte explicatif :

Micro menu de tapas (en espagnol dans le texte) :

– Truita de patata i ceba, coca, salsa tonyinacla

– Shiruao, api, tomaquet i olives

– Tricormi de shiitake, botifarra negra i all tendre

– Canelo transparent de mato, nous i cireres confitades

Ces premières dégustations donnent le ton et confirment plusieurs choses : on reconnait bien la cuisine espagnole contemporaine : technique, créative, sophistiquée même. Ces bouchées rivalisent de finesse et leur variété constitue une belle entame à ce repas.

Pilota of Norway Lobster and Monkfish, sea broth, citrus and vegetables

Très beau visuel pour cette première entrée, sur la fraîcheur et la finesse, produits de belle qualité, très beau mariage avec le bouillon et les légumes.

Foie gras, pineapple, bombom & chutney, apple

L’un des 2 meilleurs plats de ce menu : l’association foie gras /ananas est fantastique. Cuisson parfaite du foie, équilibre des saveurs, tout y est. Un premier grand moment.

Langoustine with artichoke, 3 textures artichoke

On continue dans du bon avec une belle qualité de produits. Intéressante déclinaison d’artichauts en différentes textures qui permet de jouer sur le croquant, l’onctueux, le moelleux. Association plus classique avec la langoustine, moins surprenante. Un bon plat mais cependant en dessous des autres sur ce menu.

Madai, seaweed, pumpkin, lime

L’intelligence d’une telle table, c’est de ne pas faire du « copier coller » avec l’originale. Si l’influence est bien présente, le fait d’utiliser produits et matières premières locales permet de se démarquer et construire sa propre cuisine tout en conservant la philosophie et l’approche de la cuisine créative de Carme Ruscellada. Ce madai en est ici un bel exemple, très beau plat proposant une superbe qualité de produit et un bel équilibre des saveurs entre le potiron, les algues et le citron.

Pluma of iberian pork, parsnip cake, red fruits

L’autre grand plat du menu : cuisson parfaite du porc, goût fantastique et surtout, magnifique association avec les fruits rouges. Ces derniers apportent l’acidité nécessaire et du coup, propulsent le porc en avant de la plus belle façon qui soit. Un très grand moment.

Pour suivre, 5 fromages en contraste d’associations :

– Saint-Maure de Touraine / Espinacs pera i mel
– Brie de Montereau / « Kaki » deshidratat
– El Anoranza / Micro vegetals engelatinats nap dolç
– Garrotxa / Confitura de pebrot del piquillo
– Bleu de Laqueuille / Flam de poma amb PX

Belle sélection, mais c’est surtout les bouchées accompagnant qui font fort : cette confiture de piquillos est juste exceptionnelle. On est pas loin d’en redemander. Belle dégustation.

Vegetable garden

Si je n’avais mangé récemment un dessert similaire à L’Air du Temps voici quelques jours, je dirais que ce dessert pourrait être l’un des desserts de l’année me concernant. Au delà du concept et de la créativité présente dans ce plat, c’est surtout l’harmonie des saveurs et le contraste de ces textures qui éblouit. Ce jardin potager est l’une des grandes surprises de ce menu. Un très grand dessert.

Pistacio, strawberry & rosemary

Ce deuxième dessert confirme une seule chose : que le Sant Pau envoie du lourd côté desserts. Ce dernier, d’apparence plus classique, est tout aussi exceptionnel dans ses saveurs, équilibrées, goûtues et parfaitement en harmonie. Magnifique moment.

Dans le même esprit que pour les amuses-bouche, une série de tapas sucrées nous est proposée en guise de mignardises, de gauche à droite : mini magnum au vinaigre, truffe au baileys, bonbon de wasabi, cruixent de pega dolca i sidral, gelat d’ametlla & maduixa, massapa de café, sablé breton, polo de piruleta, et il manque le meilleur sur la photo : feuille de nori et cacao : excellent !

Le chef est venu à quelques reprises nous saluer pendant notre dîner et nous finissons cette soirée par une longue conversation en sa compagnie. Extrêmement sympathique, disponible et ouvert, nous sommes ravis de pouvoir échanger avec lui et le félicitons pour ce beau repas.

Repas qui confirmera que même exportée à l’étranger, cette cuisine espagnole affiche sa propre identité et est reconnaissable entre mille. Dans ces produits, dans son visuel, dans ses goûts, on entre dans une cuisine totalement différente de ce que l’on peut découvrir ailleurs. On peut ne pas aimer certaines associations, on peut ne pas apprécier une certaine exubérance dans l’assiette, mais on se doit de constater que cette cuisine est unique et permet de bouger les lignes. Nous avons été conquis par cette expérience qui nous a permis de vivre quelques grands moments (sur le porc, le foie gras et les desserts notamment) et n’attendons maintenant plus qu’une chose, c’est de visiter de manière un peu plus soutenue cette Espagne gourmande et créative. Merci à Jérôme et toute l’équipe du Sant Pau pour ce dîner, il nous reste maintenant à aller manger chez Carme Ruscellada à San Pol del Mar, mais c’est une autre histoire…

Fin de soirée tranquille, retour en taxi à l’hôtel. Nous apprenons que notre vol de retour est confirmé 2 jours plus tard. Vite un PC, trouvons encore quelques tables d’ici notre départ… à suivre.

Laurent V

ps) les lecteurs assidus de GoT l’auront compris, nous mettons en pratique dès demain notre intention de découvrir l’Espagne : place à San Sebastian où quelques belles tables sont au programme.

L’Osier, Tokyo

Dîner du lundi 9 février 2009

Je vais vous faire une confidence. L’Osier, situé dans le plutôt chic Ginza,  figurait dans les adresses que je souhaitais tenter à Tokyo sans être cependant dans mes 2 priorités absolues : Ryugin et Quintessence, malheureusement, ou heureusement devrais-je dire maintenant, fermés ou complets en cette semaine.

Et aujourd’hui, je ne peux que me féliciter d’avoir eu le plaisir d’y vivre un repas, tant l’expérience est unique et répond totalement à ce qu’on attend d’un 3 étoiles Michelin.

Cela commence dès l’accueil où vous êtes pris en charge par un personnel trilingue (japonais-anglais-français). On vous conduit ensuite à l’étage où vous êtes accueillis par le directeur de salle, français, Lionel Laverhne, qui sera d’une attention et d’une disponibilité permanente tout au long du repas.

Le cadre est des plus confortables et cossus. Tables correctement espacées, ambiance évidemment feutrée, la clientèle (une trentaine de privilégiés) est majoritairement japonaise, nous ne serons que 2 tables étrangères ce soir là, l’autre étant d’ailleurs occupée par le patron du Michelin.

Notre table est magnifique , logée dans une petite alcôve et dressée avec bon goût. Tout de suite, je demande la carte des vins afin de commander un champagne. On est là pour se faire plaisir, aussi mon choix se porte sur un Selosse Exquise qui s’avérera exceptionnel (pour un prix très correct par rapport au marché).

Les premières amuses-bouche font leur apparition : roulé de saumon, bulle de carotte, mini-macaron de homard. Tout cela est très bon, net, précis, tantôt classique, tantôt original, et très bien exécuté.

Nous choisissons le menu qui propose 2 entrées, plat, fromages et dessert.

En mise en bouche, on nous sert une royale de foie gras et chantilly d’oseille. Et c’est à ce moment là que j’ai su qu’on allait vivre un grand repas : une royale d’un parfait équilibre et texture, surmontée d’une chantilly à l’oseille légère et goûtue à souhait. Un bel accord qui ouvre les papilles, et fait raisonner le champagne sur l’oseille. Excellent.

Rapide et discret, nous croisons le chef, Bruno Ménard, qui vient nous saluer et nous souhaiter un bon repas.

Arrive alors la première entrée :

Salade de crabe « Kegani », brunoise de légumes croquants

Un plat simplement merveilleux. Si le tourteau et l’avocat offrent un beau moment en bouche, c’est surtout la patte de crabe, juste saisie qui se révèle d’une exceptionnelle qualité et de saveurs encore jamais goûtées jusque là.

Côté vins : balles neuves. On poursuit avec un Grange Des Pères blanc 2001, tarifé à prix tous doux (une aubaine).

Coquille Saint-Jacques pochée dans un bouillon de betterave, émulsion de thé fumé

Vu la taille de la bête, une seule coquille suffisait. Encore une explosion de goûts, les cuissons sont justes, les saveurs se marient parfaitement. Excellent.

Pour le plat principal, je suis le seul à avoir gardé le plat proposé au menu :

Chevreuil de « Ezo » , choux de Bruxelles au beurre fumé et gnocchi de patate douce

C’est probablement l’un des meilleurs plats de gibier mangé cette année. Cuisson parfaite, le mariage avec les choux de bruxelles et une sauce corsée mais subtilement équilibrée en fruit est merveilleux, un pur régal.

Pour accompagner ce plat, un verre de Saint-Joseph 97 « Reflets » de F. Villard.

Et oui, au restaurant, on sauce… 🙂

Le reste de notre tablée a jeté son dévolu sur :

Cochon de lait de « Chiba » rôti, polenta crémeuse truffée, jus simple à la verveine

C’est à ce moment que le chef passe une deuxième fois près de nous, s’inquiétant toujours autant de notre bien-être. Nous le rassurons immédiatement, notre soirée est magnifique.

Du classique ensuite sur les fromages (mais du bon) avec un beau plateau présenté à la découpe.

Pour les desserts, on choisit librement dans la carte. Et on commence tout de suite avec ce pré-dessert aux agrumes : très bien fait, belle fraîcheur et grand équilibre. La maîtrise des saveurs est réellement un élément marquant de la cuisine de L’Osier.

Pour les desserts qui vont suivre, autant les plats étaient exceptionnels et avaient du relief, autant sur ces desserts on est sur du « bon mais sans plus ».

Tout cela se déguste cependant avec plaisir et histoire de ne pas rester à sec, on commande quelques vins de desserts au verre.

Nous enchaînons ensuite notre repas avec les excellentes mignardises, variées et nombreuses.

Nous pensions en avoir terminé, et bien non… c’était sans compter sur l’énooooorme chariot de douceurs qui propose fruits, chocolats et gourmandises en tous genres. Grandiose et furieusement bon.

Il est minuit passé, la salle se vide et nous sommes les derniers clients, moment idéal pour entamer une intéressante conversation avec le directeur de salle. Dernier passage également du chef de salle à qui nous demandons de signer nos menus (collection oblige).

Nous sommes ensuite raccompagnés et longuement remerciés pour notre visite. Nous retournons avec plaisir ces remerciements car voilà un repas où tout était au rendez-vous : beaux produits (régionaux pour la plupart), belle qualité de cuisson, grand service, beau cadre, bons vins, un sans-faute à tous niveaux. Je suis personnellement sorti de L’Osier assez impressionné par la recherche de qualité omniprésente et l’envie d’apporter ce petit plus, essentielle à tout établissement qui revendique ses 3 étoiles.

Ce restaurant les mérite clairement.

Laurent V

Hanasanshou, Tokyo

Déjeuner du 9 février 2009

Voilà un peu plus 12 heures que nous avons atterri. Et déjà notre premier repas se profile à l’horizon. Après une première matinée sur le sol japonais, nous tentons (le mot n’est pas assez fort…) de trouver ce restaurant niché au 30ème étage du Park Hotel.

Nous sommes dans le quartier de Shiodomé, au sud de Ginza, nous galérons un peu, beaucoup, mais finissons enfin par trouver l’adresse. Pour ce premier repas, nous allons découvrir la cuisine Kaiseki, cuisine que l’on pourrait assimiler à la cuisine haut de gamme et traditionnelle japonaise.

À l’origine cette cuisine était liée à la cérémonie du thé. Composée de mets délicats, elle devait préparer les participants, éveiller leurs sens afin qu’ils puissent ensuite, dans une douce quiétude, se livrer à cette pratique d’inspiration zen. Aujourd’hui les Japonais servent cette cuisine pour fêter un événement ou honorer leurs hôtes.

La cuisine kaiseki fait penser à un rite initiatique dans lequel chaque détail à valeur de symbole. En tout cas, elle obéit à des règles strictes. Les plats sont servis dans un ordre précis respectant certains usages. Chaque légume, chaque poisson doivent être de saison. Ils sont mis en scènes dans de multiples plats en laque, en porcelaine ou en bambou.

Contrairement à l’esprit de cette cuisine, authentique et ancrée dans l’histoire, le cadre du restaurant est ici assurément contemporain, au diapason de l’hôtel qui l’héberge.

La vue du 30ème étage n’a rien de mémorable, pas plus que le service : accueil souriant mais que de timidité, probablement exacerbée par une pratique plus que limitée de l’anglais.

Nous optons pour le menu dégustation proposé au déjeuner :

Starter

 

Entame assez étrange, nous n’avons jamais compris ce qu’on nous servait. On a parié sur un flan de poisson / tofu ? L’ensemble était pour le moins fade et sans grand intérêt.

Appetizer : The young of conger eel, Dressed bamboo shoot with the bud of Japanese pepper, Salt-grilled soft roe, Fried tofu skin stuffed vinegar rice, Boiled peas, Wrapped soy milk skin around butterbur

Du très bon et du moins bon sur ce plat. Très bon tofu frit. Une variation de mises en bouche, plutôt goûtues pour la plupart, en plusieurs textures. Les oeus mous grillés étaient sans goût ni vraiment d’intérêt (texture plus que surprenante…).

Clear soup : Vegetables and fried ice fish

On ne peut pas dire que ce soit mauvais, ni bon non plus d’ailleurs. Il manque quelque chose à ce bouillon, du vif, du peps, du chien comme dirait FS. De plus, sans les explications qui vont bien, difficile de savoir ce que l’on mange, surtout quand des composantes aux couleurs et textures improbables font surface entre poissons frits et légumes. Etrange étrange.

Sashimi : Cockle, sea bream, marlin

L’un des 2 meilleurs plats sans hésiter. Superbe visuel, on saute à pieds joints dans cette cuisine de finesse et de sens. Du grand art.

Grilled dish : Teriyaki yellowtail

On enchaîne avec un autre grand plat. Cuisson parfaite, bien équilibrée. Le gingembre se croque avec bonheur. Excellent.

Simmered dish : Japanese radish with snow crab

Plat à nouveau étonnant. Le crabe est tellement discret que nous le goûtons à peine (ou est-ce notre palais qui n’est point assez subtile ?). Le navet est à l’opposé, parfaitement cuit, fondant en bouche, le produit dans toute sa splendeur. Très bon.

Beef : Wagyu

En lieu et place d’une huître grillée, nous avons demandé cette pièce de Wagyu qui ravira nos papilles. Qualité de viande exemplaire, savoureuse, un autre bon moment.

Marinated dish : Dressed green onion, scallop with vinegary miso

Un plat dont on attendait beaucoup. A nouveau, très beau visuel, belle saint-jacques, seul bémol : le miso légèrement dominant.

Last dish : Steamed rice with broad bean, miso soup, Japanese pickles

A retenir de ce plat : les légumes vinaigrés, bien croquants et savoureux, le reste n’a que très peu d’intérêt, malheureusement.

Dessert : Orange and strawberry

Pour accompagner ce menu, un bon petit riesling allemand (dont j’ai malheureusement omis de noter les références) et quelques gorgées de saké doux qui feront merveilles sur certains plats.

Nous ne pouvons pas dire que ce repas laissera un souvenir impérissable. Il y eut du bon, voir du très bon sur le sashimi, mais aussi quelques assiettes aux associations surprenantes, goûts étranges et textures improbables qui nous ont assez déstabilisé. Ne tirons donc pas de conclusion hâtive même s’il nous tarde de goûter à autre chose ici au Japon.

2h plus tard, nous quittons les lieux et reprenons notre ballade dans Tokyo. Direction Harajuku. Le contraste sera un peu raide, mais c’est cela aussi Tokyo.

De retour vers 18h à notre hôtel, le mot d’ordre est : repos. Il est essentiel de se refaire une petite santé, d’avoir l’esprit clair et l’estomac léger car nous dînons à L’Osier ce soir, premier grand rendez-vous de ce voyage.

Stay tuned.

Laurent V