2008 de A à Z

2008 est bientôt derrière nous, alors l’heure est au retour sur quelques moments forts de cette année gourmande écoulée…

A comme Alinea

L’un des plus beaux repas de l’année, voir de ma vie. 28 plats pour une performance de haut-niveau sur plus de 5 heures, une cuisine étonnante, bouleversante, tantôt spectaculaire, tantôt intime et simple. Un grand bonheur. Inoubliable.

B comme Bigarrade

Découverte récente mais qui a touché en plein coeur. 20 couverts, cuisine ouverte, 2 menus surprise. On se laisse embarquer au gré des produits de saison et de l’humeur du chef. Tout cela pour un rapport qualité/prix unique sur Paris : 45€ le menu gourmand pour 7 services au déjeuner. Que dire…

C comme Convives

Il n’est pas de bon repas sans de bons convives. Alors c’est  à celles et ceux avec qui je partage ces moments de plaisir que je pense.  Famille, amis GoT, amis non GoT, collègues, bloggeurs, merci à vous (chacun se reconnaitra…).

D comme Degeimbre

Un ami. Un talent. Sang-Hoon Degeimbre, chef de L’Air du Temps s’est vu doublement récompensé cette année : 18/20 au GM et 2ème étoile au Michelin Belge. Mes récents repas chez lui furent d’un très grand niveau, comme si cette reconnaissance était initiatrice d’un nouvel élan, d’un second souffle pour finir l’année en beauté. Pour couronner le tout, Maxime, sommelier passionné et passionnant, s’est vu consacré Sommelier de l’année par le Gault&Millau belge. Quelle année pour San et son équipe. On attend vivement de les voir à l’oeuvre en 2009.

E comme El Bulli

On jette l’éponge. 4 ans de tentatives infructueuses. Des mails à la pelle, à la seconde près parfois pour respecter les consignes (« pas avant mi-octobre »), mais rien n’y fait. On ne vivra peut-être jamais cette expérience de manger chez Ferran Adria, alors on va rebondir bien comme il faut et visiter ses compatriotes (el Poblet, Mugaritz et les Roca en tête), ce ne sont pas les belles adresses qui manquent. Non mais !

F comme Fantin Latour

La belle surprise de l’année pour GoT. Un long déplacement certes, mais comme notre attente fut comblée !! Par la cuisine de Stéphane Froideveaux d’abord : puissante, goûteuse à souhait, végétale, tournée vers la nature, d’un visuel exceptionnel qui rappelle Marc Veyrat (pour des prix qui le font oublier). Pour l’homme ensuite. Un chef accessible, ne cachant son plaisir de nous recevoir, nous faisant participer au repas depuis les cuisines. Quelle générosité. Nous espérons y retourner en 2009.

G comme Gauthier

Alexandre Gauthier. Fabuleux personnage. Chef attachant et ô combien talentueux. Quelque chose me dit que 2009 devrait être une belle année pour Alex. Mon dernier repas de novembre fut reçu comme une droite en pleine face. Un repas coup de poing, un uppercut qui vous fait vasciller, mais on est resté debout, et on a joui des superbes réalisations d’un chef qui s’est trouvé un nouvel élan, une identité encore d’avantage affirmée. Vivement qu’il nous revienne de vacances, on a hâte de voir la suite.

H comme Hof van Cleve

2 visites cette année qui m’ont fait comprendre pourquoi le Hof van Cleve de Peter Goossens affichait maintenant depuis des années un 19,5/20 au G&M et 3 étoiles Michelin solidement ancrées. L’une des mes 2 plus belles expériences 3 étoiles de cette année avec en point d’orgue cet inoubliable dîner entre amis par une belle soirée de juillet.

I comme Inoubliable

Tel est et restera notre séjour gourmand à Bordeaux en mai dernier : inoubliable. Organisé de main de maître par Patrick Chazallet, nous avons enduré 6 repas en 3 jours, soit environ 60 plats et une 30aine de vins différents. Valeureux guerriers, trois épicuriens GoT ont fait la totale (Laurent L, Guillaume et votre humble serviteur). Des journées magiques, de plaisir à table mais aussi en dehors. Encore merci à toi Patrick (non seulement pour ton organisation mais aussi pour avoir immortalisé cet instant de pure grâce).

J comme Jayer-Gilles

Echézeaux Grand Cru 1999 de chez Jayer-Gilles. L’une de plus belles bouteilles dégustées de ma vie à l’Agapé. Un moment inoubliable grâce à ce flacon partagé entre amis, pour une soirée mémorable.

K comme Kobe

Kobe Desramaults, chef d’In de Wulf (Belgique). Une adresse coup de coeur depuis 2 ans, bientôt 24 visites, quand on aime on ne compte pas. La cuisine de Kobe est exceptionnelle. En mouvement. En permanente évolution. Mais avec une constance : la qualité de produits régionaux qu’il met en avant avec fierté et talent. Si on rajoute un cadre confortable et contemporain, un service jeune et convivial, In de Wulf devient plus qu’un restaurant gastronomique, c’est lieu hors du temps que l’on quitte chaque fois avec regrets.

L comme Ledoyen

Un déjeuner exceptionnel qui restera comme l’un des repas de l’année. Aujourd’hui, quand je pense à Ledoyen, je vois son bar truffé et son spaghetti/jambon blanc/truffes revisité : 2 plats d’anthologie. Et qu’une seule envie depuis : y retourner.

M comme Martin Berasategui

Un grand homme. Accessible, ouvert, disponible, volubile. Une formidable rencontre. Finalement, avec du recul, on se dit que Martin Berasategui est à l’image de sa cuisine, qu’il sert sur les hauteurs de San Sebastian. Moderne et généreuse. Une magnifique rencontre pour un tout aussi magnifique dîner.

N comme Noma

On a déjà écrit tant de choses sur Noma. Que dire de plus ? Pas grand chose si ce n’est que René Redzepi, son équipe, son restaurant et sa cuisine représentent pour moi ce qui se fait de mieux aujourd’hui en terme de plaisir de la table. Le repas de mai dernier m’avait valu de belles émotions, encore clairement présentes en moi aujourd’hui. Il me tarde de vivre les prochaines. Il n’y a rien de plus merveilleux de nos jours pour un passionné comme moi que de connaitre la date de son prochain repas chez Noma (ce sera donc pour mai 2009 🙂 ).

O comme Ormeaux

Je n’avais jamais mangé d’ormeaux avant notre déjeuner chez Michel Portos, chef du Saint-James. Un magnifique plat, associant ormeaux, billes de légumes et bouillon, un grand souvenir. Voilà un chef plutôt discret qui délivre une belle cuisine : gentillement créative, nette et précise, violemment savoureuse. Les assiettes qui sortent méritent qu’on parle d’elles tant elles éclaboussent de brio et de plaisir. Et tout cela dans un cadre enchanteur, un magnifique hôtel niché sur les hauteurs de Bouliac, qui invite aux plaisirs de la table : avant, pendant et après.

P comme aga

Je ne pouvais pas ne pas rendre hommage aux multiples beaux repas vécus à cette table ouverte en 2008 et que je fréquente assidument depuis septembre. Je ne résiste pas au charme – non pas de l’équipe de salle – mais de cette cuisine légère et raffinée, épurée mais tellement juste que réalise le chef Bertrand Grebaut. Et ce qui me comble de plaisir à chaque visite, c’est le plaisir vécu à déguster leurs vins, soit servis à l’aveugle par Laurent et/ou Olivier, soit choisis dans le livre de cave, l’une des plus belles cartes de vins sur Paris pour un restaurant de cette capacité. Une de mes adresses préférées sur Paris, je l’avoue bien volontiers.

Q comme Question

C’est où et quand le prochain repas GoT ? Facile : Oud Sluis (Pays-Bas), le 11 janvier.

R comme Roellinger

Un évènement dans le microcosme de la gastronomie : Olivier Roellinger cesse son activité de chef au Relais Gourmand (triple étoilé Michelin). Il faudra maintenant se rendre au Chateau de Richeux où se trouve le restaurant le Coquillage pour y faire bombance. C’est là qu’Olivier Roellinger poursuivra son voyage, délèguant les fourneaux à ses seconds. J’ai eu la chance de goûter à la cuisine de Roellinger en décembre 2007, une cuisine d’auteur, inspirée par la mer et les épices. Un immense cuisinier.

S comme Spaghetti bolognaise

Un plat qui me rend heureux. Il ne m’en faut pas d’avantage, un plat simple, mais tellement bon quand réalisé avec de bons produits. Et j’en ai mangé du spaghetti bolognaise cette année , facilement un par semaine. Je pourrais probablement en manger tous les jours tant j’adore cà. Je ne le mange d’ailleurs quasiment jamais au resto car je redoute d’être déçu. Alors je préfère assurer, faire suer mes oignons, dorer la viande hâchée, soigner l’assaisonnement et verrouiller le tout avec une sauce tomate légère et parfumée. Avec des De Cecco al dente et un peu de fromage rapé, accompagné d’un petit rouge du caviste légèrement boisé, que demander de plus ? De faire aussi bien la semaine suivante bien évidemment.

T comme Thierry Marx

Le plus beau dîner de l’année dans le cadre de GoT. Une belle tablée, un magnifique cadre. Une cuisine généreuse, un grand menu, de beaux flacons. Thierry Marx nous a salué brièvement, s’inquiétant de notre bien-être. Un homme finalement discret, un personnage suscitant curiosité. Voilà une adresse où je retournerais volontiers, pour d’avantage découvrir l’homme, pour déguster ses dernières créations, pour y re-découvrir les classiques et profiter du service impeccable totalement dévoué à la cause de cette gastronomie que certains qualifient d’avant-gardiste.

U comme Ursules

Champagne Blanc de Noir Roses de Jeanne, cuvée les Ursules de Cédric Bouchard. Souvenir impérissable d’une belle soirée entre amis. Il y a des émotions comme cela que l’on oublie pas. La découverte de ce champagne en fait partie.

V comme Vin

Compagnon indissociable d’un repas, le vin est désormais devenu une passion à part entière. Et 2008 fut une année riche en découvertes et dégustations. A commencer par quelques lectures absolument jouissives : Le Gout et Le Pouvoir de J. Nossiter, ou plus simplement Les Gouttes de Dieu, manga japonais divertissant et instructif. Côté flacons, comment ne pas se souvenir de ce Gewurtz VT 1976 de chez Schlumberger, de ce Rasteau Gourt de Mautens 1999, des délicieuses soirées thématiques de l’Air du Temps : Heyman-Loewenstein, Zind, Boxler ou encore André Beaufort ou Fallet-Prevostat 78, de ce Gevrey-Chambertin Vieilles Vignes 99 de chez Charlopin… Sans compter les Muntada, Grange de Pères, autres Coche-Dury et bien sur cet Echézeaux 99 de chez Jayer. 2008, un beau millésime.

W comme WD-50

La table la plus controversante de cette année. 100% décalée. 100% interpellante. On n’en ressort par indemne. Entre autres grâce aux desserts d’Alex Stupak et à la douce folie du chef Willy Dufresne. Un passage obligé à NY.

X comme Ximenes

Pedro Ximenes. Souvenir d’une dégustation de fin de repas, totalement improvisée d’un Pedro Ximenes de 1947. Fabuleux. Gourmand. Alcooleux. Un premier verre inoubliable de plaisir. Un second qui nous a achevé. Belle soirée.

Y come Yuzu

Un agrume japonais que l’on trouve un peu partout de nos jours. Et malheureusement parfois à toutes les sauces. Je retiendrai ma première dégustation chez San à L’Air du Temps qui profita d’une livraison de qualité exceptionnelle pour le mettre à sa carte. A Paris, Meiji l’utilise avec parcimonie mais toujours avec bon goût. Je suis fan.

Z comme Ze Kitchen Galerie

Une évidence. Une cuisine qui garde le cap et délivre des assiettes toujours aussi savoureuses et précises. Je suis un inconditionnel des bouillons et pâtes de William Ledeuil, et ce n’est pas mon dernier repas en date qui me fera changer d’avis.

En bref, une magnifique année, difficile de faire mieux mais qui sait ? Place maintenant à 2009 !! Belle et heureuse année à toutes et tous !

Laurent V

Vienna Vegetable Orchestra

Cette vidéo n’a rien de récent mais je ne m’en lasse pas…

Une découverte de l’été dernier alors que de nouvelles vidéos circulent récemment sur le net. Vidéos qui confirment, si c’était encore nécessaire, que le Vienna Vegetable Orchestra n’est décidément pas un orchestre comme les autres.

Point de cuivres, cordes ou percussions, les instruments sont, comme son nom l’indique, des légumes, exclusivement des légumes qu’ils percent, scient, liment, trouent… pour un résultat … étonnant.

A vous de juger…

Laurent V

ps) ils sont en concert en France prochainement :o)

Nature et aliments, par Carl Warner

image1.jpg

Guillaume nous a déniché un lien surprenant sur le web… : carottes, saumon, pain, chou-fleur, charcuterie italienne, crustacés, …  des aliments représentant paysages et nature … bluffant ! Ca se trouve ICI !

Pour la petite histoire, Carl Warner est un célèbre photographe ayant réalisé des œuvres très originales. Ce sont de véritables photos prises dans des décors que lui-même a mis en scène. Pour ces photos rapprochées, il utilise des surfaces de 1 à 3 m² environ.

Vous connaissiez peut-être ? Nous pas, et on trouve çà excellent !

A vous de juger…

Nos amis les blogs … (2)

Après l’heureuse découverte du blog de Trine récemment, voici quelques blogs et sites découverts (ou redécouverts) par GoT et qui méritent toute notre / votre attention :

Andy Hayler : l’encyclopédie des étoilés… il les a tous fait (ou presque) ! Quelques photos par ci par là mais surtout une analyse « professionnelle » – l’homme est ancien critique gastronomique – de chaque repas, décortiqué, coté, classé, argumenté. Probablement la découverte de l’été même si cela ne représente finalement qu’un avis de plus…

Cuisinier en ligne : Des recettes, des infos, des portraits de chefs, des photos, des vidéos,… bref une mine d’or à un clic de souris.

Analyste : On y parle de gastronomie mais pas que de cela, même si ce thème concerne la plupart des posts rédigés de main de maître par « Julot les pinceaux »… Une volonté d’analyse (cohérence oblige avec l’intitulé du blog :o) très présente sur chaque CR relatant chaque repas, photos parfois à l’appui, on se délecte à la lecture de chaque ligne…

– OAD, Opinionated About Dining : Le site de Steve Plotnicki (auquel participe l’ami Julot cité plus haut pour la communication française) : voulant offrir une autre vision des guides et classements en tous genres, voici le premier guide « on-line » réservé à nous, public, et construit uniquement sur nos avis et nos éléments d’appréciation. Sous forme d’enquête / questionnaire, la liste des adresses n’est pas exhaustive mais permet de donner son avis sur pas mal de tables (la plupart des grands étoilés sont recensés) et offre au final un classement des 50 meilleurs tables (d’Amérique et Europe) évidemment différent, notamment si on le compare aux 50 meilleurs restaurants du monde établi par des professionnels en collaboration avec le célèbre magasine anglais Restaurant. Sur le site, une fois inscrit, vous aurez l’occasion de recevoir cette fameuse liste des 50 meilleurs restaurants d’Amérique et Europe version OAD et participer à l’enquête afin de donner vos avis et donc votre classement !

Enjoy !

GoT

Brèves et découvertes d’été…

– Le Chamarré ferme ses portes. La célèbre adresse franco-mauricienne, qui avait méritoirement acquis son étoile, a fermé ses portes en juin dernier. Ouverture prochaine d’une nouvelle adresse « Il vino », tenue par Enrico Bernardo, ancien sommelier du Cinq et sacré Meilleur Sommelier du Monde en 2004. Le concept semble original et déjà alléchant : vous choisissez votre vin et en fonction, le chef vous propose une série de mets en association.

– Un blog tout en couleur, simplicité et écrit avec talent (en anglais) : si vous voulez tout savoir sur les bonnes adresses de Copenhague et profiter de quelques bons conseils gastronomiques sur le Danemark ou ailleurs, allez voir le blog de Trine

Generation.C : leur nouveau site est on line depuis quelques temps mais nous n’en avions pas encore parlé… Permet – entre autres – d’être renseigné sur les prochains events auxquels participe Generation C (Th. Marx, L. Petit, Alexandre Gauthier, G.Choukroun, E. Guerin,…) .

– Il existe parfois de ces moments où l’improbable se produit : au Fox (étoilé de la côte belge) début août, au terme d’un dîner correct mais sans plus et auquel je ne m’attendais plus à rien , je me fais servir en vin de dessert, sur recommandation du sommelier, un Riesling chilien vendange tardive de chez Miguel Torres, en 2004. Amateur de découverte et entre autres de vin de dessert, autant vous dire que ma curiosité était à son apogée et quand le verre est arrivé, j’ai tout de suite pressenti l’instant de bonheur qui allait suivre… une robe ambrée/orangée, plutot claire, un nez intéressant dégageant de subtils arômes d’abricots, miel, fruits confits, et enfin en bouche, un équilibre surprenant mais magnifique. Tombé complètement sous le charme de ce vin, je me suis empressé de commander sur internet… (sur http://www.vin4you.com/ pour les intéressés…).

Laurent V.

Mes 10 meilleurs repas…

Stop. On fait une pause… histoire de faire le point. Sur ce parcours gastronomique réalisé depuis 5 ans… depuis ce fameux déclic, que dis-je, cet électrochoc de mon premier dîner chez Gagnaire le 18 novembre 2002, jour de mes 30 ans.

Depuis lors, que de routes empruntées, de tables visitées, que de plats analysés, dégustés, que de vins découverts, que de chefs rencontrés…

Alors, après plus de 100 repas réalisés en 5 ans en France et ailleurs (mais surtout en France), pourquoi ne pas faire une petite halte introspective et se soumettre au jeu des « 10 meilleurs repas ma vie » ?

Purement subjectif, totalement partial, puéril mais tellement amusant, cet exercice de mémoire rappelle ces purs (et parfois furtifs) moments de bonheur où gastronomie et jouissance de la vie ne font qu’un.

Et les 10 meilleurs repas de ma vie sont donc :

1. The Fat Duck, UK – 2006
2. L’Arnsbourg, FR – 2007
3. Michel Bras, FR – 2004
4. Pierre Gagnaire, FR – 2002
5. L’Air du Temps, BE – 2005
6. Le Clos des Sens, FR – 2004
7. L’Astrance, FR – 2007
8. Jacques Decoret, FR – 2006
9. Pic, FR – 2006
10. L’Auberge Bretonne, FR – 2004

Extrêmement difficile de classer, de choisir (choisir c’est renoncer…) quand derrière se bousculent le Meurice, les Ambassadeurs, la Grenouillère, Robuchon, l’Arpège, le Cinq ou les Elysees Vernet, j’en passe et (presque) des meilleurs.

Un constat quand même : triste année 2003 :o)

A vous d’établir votre classement…

Laurent V.

Et les 50 meilleurs restaurants sont…

Comme chaque année à la même époque, le mensuel anglais Restaurant annonce son classement des 50 meilleures tables du monde (il s’agit en l’occurrence de la référence planétaire, ce qui se fait de mieux en terme de jury).

La tendance se confirme vers une cuisine innovante, technique, en mouvement.
A noter la présence massive des Espagnols au sommet (4 adresses dans le top 11).

Et voici le verdict 2007, peu de changement au sommet, quelques entrées/sorties :

1 El Bulli, Spain,
2 The Fat Duck, UK
3 Pierre Gagnaire, France
4 French Laundry, USA
5 Tetsuya, Australia
6 Bras, France
7 Mugaritz, Spain
8 Restaurant Le Louis XV, Monaco
9 Per Se, USA
10 Arzak, Spain
11 El Celler de Can Roca, Spain
12 Gambero Rosso, Italy
13 L’Atelier de Joel Robuchon, France
14 Hof van Cleve, Belgium
15 Noma, Denmark,
16 Le Calandre, Italy
17 Nobu, UK
18 Jean Georges, USA
19 Hakkasan, UK
20 Alain Ducasse au Plaza Athénée, France
21 L’Astrance, France
22 Can Fabes, Spain
23 L’Ambroisie, France
24 Gordon Ramsay,UK
25 La Maison Troisgros, France
26 Le Bernardin, USA
27 Martin Berasategui, Spain
28 Le Gavroche, UK
29 Le Cinq, France
30 Charlie Trotter’s, USA
31 Dal Pescatore, Italy
32 Daniel, USA
33 Rockpool, Australia
34 St-John, UK
35 Chez Dominique, Finland
36 Alinea, USA
37 Bukhara, India
38 DOM, Brazil
39 Oaxen Skärgårdskrog, Hölö
40 Chez Panisse, USA
41 Enoteca Pinchiorri, Italy
42 Cracco Peck, Italy,
43 L’Arpège, France
44 The River Café, UK
45 Oud Sluis, The Netherlands
46 Combal Zero, Italy
47 Le Quartier Francais, South Africa
48 Taillevent, France
49 Bocuse, France
50 Les Ambassadeurs, France